06 mars 2013

Graines et funeste engrenage

Qui ne se souvient, parmi les anciens, de la promotion de l’éditeur Larousse pour ses dictionnaires: un dessin figurant une jeune femme soufflant sur un capitule de pissenlit et sous-titré "Je sème à tout vent". Déjà, peut-on objecter qu’il s’agit là de mauvaises graines. Soit, mais s’agissant de notre propre semence, le coq gaulois peut fièrement parader: les mâles français sont les plus prolifiques d’Europe, prouvant ainsi un indéniable dynamisme et un incorrigible espoir en un avenir meilleur (certes, enfanter peut apparaître comme... [Lire la suite]