Le lait, dont le marketing vante tellement les vertus, s'avère en fait plus nocif encore que celui d'autrefois, à cause de l'intervention humaine dans son obsession productiviste. J'ai déjà attiré l'attention sur la présence de l'IGF-1 dans sa composition (se reporter à l'article "La vie en péril").

Autre inconvénient non encore évoqué : l'excès d'oméga 6.

Depuis la 2e guerre mondiale, l'on nourrit abusivement les animaux avec du maïs et du soja au détriment de l'herbe qui assure une bonne proportion des acides gras essentiels, oméga 6 et oméga 3 (en 1945, la proportion était optimale, soit un ratio de 5 /1 contre actuellement 20/1).

Cette composition inadéquate diminue les défenses immunitaires, crée des réactions inflammatoires favorisant entre autres la multiplication des cellules cancéreuses et prédispose à de nombreuses maladies, de l'arthrite à l'asthme, au diabète et à l'obésité, sans que ce facteur pathogène soit mis en cause dans toutes ces affections. Des données récentes montrent même une augmentation du rapport oméga 6 /oméga 3 dans le lait maternel : ces résultats laissent présager un grave impact sanitaire sur les générations futures si l'on n'y remédie pas rapidement.

Voilà donc le résultat de l'abandon des pâturages au profit de l'élevage en batterie. Les œufs de poules élevées dans ces conditions sont de même appauvris en oméga 3, cet acide gras hautement insaturé et bénéfique. Achetez donc des œufs bio, qui certes sont un peu plus chers, mais restent accessibles aux petits budgets (la protéine de l'œuf sert de référence et s'avère la moins coûteuse).

Vous contribuerez à la fois à votre santé et mettrez fin à ces élevages indignes et barbares qui sont de véritables camps de concentration avicoles. Depuis le 1er janvier 2010, ils sont interdits en Allemagne.

Une raison d'espérer néanmoins : l'adjonction de graines de lin à l'alimentation des animaux d'élevage permet de pallier efficacement ce déséquilibre. Favorisez donc la filière "Bleu-Blanc-Cœur" pour vous-mêmes et les vôtres.

M.M.