Mouche_sardine

Cette photo, prise au flash en fin de jour, est certifiée sans retouche. Elle résulte en fait d'une frustration. J'observais une petite épeire dans la haie : une mouche, prise dans la toile, déclencha une attaque foudroyante, l'araignée se jetant sur la tête de la victime pour y injecter son venin, seule chance pour elle de neutraliser rapidement la mouche bien plus grande qu'elle, et de s'en emparer.

Effectivement, en quelques secondes, la proie s'immobilise : c'est alors seulement que l'épeire se met à tournicoter et emballer la mouche.

Peut-on parler d'intelligence, en tout cas de comportement adapté à une situation imprévue? En effet, lorsqu'une mouche se prend dans la toile, j'ai toujours observé que l'araignée ligote immédiatement sa proie avant de la déguster en toute tranquillité ou de la garder bien vivante en attente, en cas de réplétion.

Assistant à la scène, je n'avais malheureusement pas mon appareil photo avec moi, et le temps d'aller le chercher à la maison, voilà la photo qui m'est apparue : étrange, cet artefact que je ne m'explique pas : ne dirait-on pas une mouche-sardine? En tout cas, elle n'est pas à l'huile!

Bocal_mouches

Mais la mouche n'est pas en reste en terme de comportement adapté : dans le cas ci-dessus, il s'agit d'un réflexe de sauvetage collectif (peut-être réminiscence de son effort pour sortir du cocon). Dans le bocal empli de sciure, les mouches prisonnières s'efforcent ensemble de trouver l'issue probable en la dégageant. La tentative de déblaiement s'effectue toujours du côté de la lumière comme on peut le constater en tournant le bocal. Les mouches se pressent, parvenant effectivement à s'enfoncer dans la seule partie meuble de leur prison, mais la sciure retombant sans cesse, réduit à néant leurs efforts.

NB : Ne soyez pas éventuellement offusqués : ces mouches, dont la vie n'aurait dû se limiter qu'au stade d'asticots pour pêcheurs, seront libérées et non pas "bombées" (pour compenser la raréfaction préoccupante des insectes volants).