(Suite de l'article La vie en péril )

Le lait de vache est destiné au veau et non à l'être humain. Nous ne disposons pas de l'appareil digestif du ruminant dont la différence anatomique fondamentale aurait déjà dû nous rendre méfiants 1. Depuis longtemps, l'industrie laitière, pour en assurer la consommation, essaie de pallier ses inconvénients : l'on connaît le lait écrémé et demi écrémé, qui permet d'éviter la consommation des mauvaises graisses saturées, source du cholestérol LDL (celui qu'il faut éviter). L'on propose le lait allégé en lactose pour en faciliter la digestion, sachant qu'elle nécessite la présence d'une enzyme, la lactase, dont est dépourvue une large partie de la population mondiale 2 Malgré ces "améliorations", le lait n'en demeure pas moins à éviter pour de multiples raisons, déjà évoquées dans ce blog.

De récentes recherches noircissent encore un peu plus le tableau. Voici deux textes qui révèlent d'autres inconvénients ou méfaits à ceux déjà connus :

  • Extrait de "La médecine tue" de Marc Menant

Travaux du Professeur Massimo Montineri : "ils établissent que les parois intestinales abîmées permettent aux peptides morphiniques des produits laitiers de passer dans le sang, ce qui les conduit à s'accumuler dans les organes. Dans les cas d'altération de la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau, les peptides détraquent les réseaux de neurones."

Travaux du Professeur Karl Reichelt : "De son côté, le professeur Karl Reichelt a constaté que cela engendrait des troubles psychiques, perte de mémoire et de concentration, hypoactivité, mélancolie, dépression ..."

Travaux du Professeur Bob Haley : "Bob Haley a, lui, montré que le lait inhibe la libre excrétion des toxiques tel le mercure et que le foie engorgé, fatigué par les produits laitiers, ne remplit plus sa fonction de grand nettoyeur, ce qui entraîne des pathologies de l'intestin. Par ailleurs, il a prouvé que le lait dégrade la paroi intestinale et inhibe des enzymes dont la peptidase PP4, la seule à permettre la digestion de la caséine, molécule du lait qui la coagule. Ces deux facteurs entraînent maux de tête passagers ou chroniques, troubles de la vision, dermatose (eczéma, acné juvénile,), arthrose, arthrite, fatigue chronique, ostéoporose et pathologies ORL (bronchites, rhinites, otites, asthme)."

Ah, le tapage à nouveau le jour où le Professeur Joyeux a annoncé à l'antenne que lait et produits laitiers provoquaient l'ostéoporose et les bronchites, rhinites, otites, à répétition chez les nourrissons et les enfants!"

  •     Le yaourt lui-même, tant prôné pour ses pseudo vertus, n'échappe  pas à la remise en cause de ses bienfaits.

Extrait de la revue "Pratique de santé" N° 83

"Devenez XXL avec des yaourts

Voici l'expérience qu'a effectuée le professeur Didier Raoult, patron du laboratoire de bactério-virologie de la Timone, à Marseille : il a pris des poussins d'une semaine et leur a donné chaque jour du lactobacillus fermentum, probiotique dont Danone saupoudre généreusement tous ses yaourts. Quatre semaines après, les poulets étaient devenus monstrueux, dépassant de 30% la taille normale. De plus, ce qui n'a pas été mentionné, c'est que les dites volailles étaient devenues particulièrement agressives.

La question que se pose le professeur est de savoir si tous ces produits laitiers boostés aux probiotiques dont on gave les jeunes n'auraient pas leur part de responsabilité dans l'épidémie d'obésité actuelle. Selon les statistiques, les Français ingurgitent par an en moyenne 20 Kg de yaourt au bifidobacterium, notamment sous la marque Activia, ou au Lactobacillus casei, sous la marque Actimel. Ceci éclaire en outre le mystère de toutes ces femmes qui n'arrivent pas à maigrir alors qu'elles disent manger à peine, c'est-à-dire seulement quelques yaourts chaque jour... Je me réjouis en tant que grand pourfendeur depuis des lustres des produits laitiers, de constater que la science (indépendante) me donne une fois de plus raison avec cet aspect négatif nouveau qui vient s'ajouter à la liste déjà connue des graves inconvénients de ce type de consommation (décalcification, arthrose, caries, acidose, adénome prostatique, mastose des seins, inflammations ORL, activation des cancers). Bref, il n'y a que du mal à prendre. Croyez-moi, si vous voulez être en bonne santé, écoutez bien les recommandations de votre médecin et des professeurs qui parlent à la télé... Et faites l'inverse! Ces gens, qui n'en savent pas plus que vous, s'en tiennent à des croyances uniquement basées sur le bourrage de crâne publicitaire ou pire, sont des malhonnêtes payés pour mentir. Alors, soyons clairs : laissons les laitages aux veaux. Du calcium, il y en a partout même dans les salades – les gens allergiques aux produits laitiers n'ont pas de problèmes de calcium. A méditer... " Michel Dogna

1- Pour l'anecdote, la puissance digestive d'une vache pour digérer l'herbe est étonnante : ses 4 estomacs occupent presque les 2/3 de la cavité abdominale. Elle mange "en plusieurs fois" (rumination) en produisant énormément de salive : environ 1 litre toutes les 4 mn!

2- Le lactose est bien toléré chez les peuples nomades d'Afrique du Nord car ils consomment le lait de leurs troupeaux en grande quantité depuis de nombreuses générations: leur organisme s'est ainsi adapté à ce régime en produisant la lactase nécessaire à la digestion du lait de vache et de ses dérivés (leur mode de vie non sédentaire contribue aussi, probablement, à cette bonne assimilation car les Scandinaves, qui disposent pourtant de cette enzyme, et utilisent le lait "à toutes les sauces", présentent un taux très élevé d'ostéoporose).