Fumer, trop boire, se droguer, bien sûr il faut éviter, mais que les donneurs de conseils ou de leçons sont agaçants quand ils énoncent leur diktat pour rester jeune et en forme. Ces spécialistes, forts de leur savoir, se fondent sur des statistiques, ne doutant pas de leur bon droit à régenter l'opinion, stigmatisant notamment les inactifs dont ils dénoncent la sédentarité. N'oublions pas que, outre la nécessité d'une bonne interprétation, les statistiques relèvent des moyennes et gomment les différences. Or , nous sommes tous heureusement différents. Il faut se bouger, mais si l'on n'en éprouve pas le besoin, pourquoi se contraindre à l'excès. Victor Hugo restait chaque jour de longues heures à écrire, debout à son pupitre, sans en être affecté. Combien d'intellectuels féconds jusqu'à un âge très avancé, n'ont jamais intégré la gymnastique dans leur quotidien. La seule règle valable pour tous : faire ce que l'on aime dans la sérénité (certes, si on le peut, allez-vous objecter....). car, quoi que l'on prétende, il n'existe pas de bon stress. Certains le subissent plus que d'autres qui ont une "nature heureuse".

Tout comme nous, les animaux ont des comportements différents. Ainsi un éleveur vous dira que certains chevaux ont besoin de beaucoup d'exercices, sinon ils "bouillonnent", d'autres ne supportent pas certaines activités. L'on valorise comme jamais la suractivité : si vous trouvez votre plaisir à marcher 30 Km, ne vous en privez surtout pas, mais sachez bien que 10, 15 ou 20 Km vous seront plus bénéfiques si une grande distance entraîne pour vous trop de fatigue et un besoin de récupération excessif. Bien se connaître, c'est aussi reconnaître ses limites, liées à l'âge, à la forme du moment, et aussi à l'envie.  Certains peuvent s'entraîner avec profit, d'autres ont beau vouloir imiter les plus endurants : peine perdue – s'accepter est signe de sagesse.

Qui ne connaît d'anciens sportifs amoindris, qui se plaignent de maux divers, prix de leurs excès d'entraînement (Certes, il existe toujours des exceptions à la règle : ainsi Jeannie Longo  qui, à près de 50 ans, a manqué de peu une médaille aux J.O. de Pékin!)

Qui ne connaît des personnes qui prennent des repas équilibrés, et qui tombent malades, et d'autres qui se nourrissent  sans se préoccuper de diététique, et qui sont en pleine forme. Tant de facteurs interviennent, juqu'à l'air que vous respirez et le lieu où vous vivez. L'on touche là à la grande injustice de l'hérédité (et du péché originel) que Jéhovah, le Dieu de l'Ancien Testament, justifie à sa manière: "Car je suis le Seigneur votre Dieu, le Dieu fort et jaloux,  qui venge l'iniquité des pères jusqu'à la 3e et 4e génération" (Exode, 20, 5). N'oublions pas en effet que lorsque le père boit, ce sont les enfants qui trinquent.

                                                                                                                           M.M.