Marey-sur-Tille

42 km au N. de Dijon

Stationnement : au-delà de l'église, le long de l'ancienne voie ferrée (dr.)

Agrandir le plan

Descriptif de la randonnée :

Randonnée de pleine nature, agrémentée de combes, au sud de la vallée de la Tille. De Marey, se diriger au sud vers la "Côte de Morfontaine" par un sentier menant à la ferme "la Brûlée" dominant un pittoresque vallon. Rejoindre la D120d, à l'intersection où s'élève un silo. Gagner (S.O.) le Bois de "Longes Raies" et traverser la "Forêt communale de Saulx-le-Duc" pour aborder Avelanges par l'ouest.  Remonter le sentier des "Forts Journaux" aboutissant dans le bois "Les Grands chemins". Remonter plein nord en bordure du "Bois de la Montagne", puis s'engager dans la combe "les Loyes", large, aérée et si bien fleurie, après une pause au bord des étangs. Retour par le massif forestier de "Grandmont" puis par une combe au rebord rocheux débouchant vers le cimetière, à l'entrée ouest du village.

Marey. Le fer considéré comme le plus pur de France, y fut longtemps exploité : dès 1656 furent crées de vraies forges industrielles. Installées en amont du village, elles fonctionnèrent jusqu'en 1862. Marey-sur-Tille était aussi réputé pour le tissage des draps à partir de la culture du chanvre. L'ancienne voie ferrée reliait Mirebeau à Châtillon-sur-Seine en passant à proximité de Grancey-le-Château et de Recey-sur-Ource. Eglise gothique 13e s. remaniée 15e Portail à 2 portes accolées surmonté de 2 baies géminées et d'une rosace; tour semi-circulaire percée d'archères, clocher-tour carré. Lavoir en compluvium, proche de l'église.

A l'intérieur de l'église, une peinture du jugement dernier est remarquable dans la nef latérale. Quelques belles statues de l'école de Dubois : un Saint-Jean et un Saint-Luc occupent le chœur. Un Saint-Roch de bois polychrome et une piéta du XVIème siècle classés sont à ne pas rater lors d'une visite.

Patrimoine architectural de Marey-sur-Tille 

Avelanges, apprécié pour son site dans une combe verdoyante, compte à peine une cinquantaine d'habitants. Elle dispose néanmoins une église construite à la fin du 17e s. mais remaniée à plusieurs reprises. Son existence est sans doute due à la présence d'une mine de fer.

Fleurs_vernales

Bas-côtés fleuris de la Combe "les Loyes"

Plans du circuit